19 Oct

Arrivée

Premier matin… Il est 6h, et tout est calme. Le café fume dans son bol, mais c’est bien là le seul point commun que l’on puisse trouver avec les matins de métropole! Ici il fait grand jour et déjà chaud sur la terrasse. La faune guyanaise se fait entendre par des cris à la frontière entre l’absurde, le ridicule et l’inquiétant. Dans tous les cas on ne peut qu’imaginer ce que ça peut bien être!

Pour l’instant, le seul cri que nous reconnaissons est celui du Kikiwi Tyran, un petit oiseau jaune particulièrement belliqueux qui tire son nom de sa propension, avec ses acolytes, à pourrir la vie de tout autre être vivant en hurlant « KIKIWI! ». En effet, outre son « kikiwi » qu’il lance comme un cri de guerre digne des plus grand généraux (à l’époque où ils étaient encore sur le champs de bataille), il s’amuse, entre autres choses, à ramasser des cailloux qu’il cogne bruyamment sur des barres de fer avant de les jeter sur le toit de la maison au cours de raid aériens toujours très tôt le matin.

kikiwi

 

L’autre grand jeu de ce petit oiseau est de venger la grande classe des oiseaux tout entière en cognant sur le moral (et surtout l’orgueil) du chat. Tout commence par un petit « kikiwi » jeté négligemment depuis l’étendoir à linge, par un petit kikiwi esseulé. Le chat, aux aguets, est immédiatement alerté et repère rapidement sa proie, seule et d’allure délicieuse. Il s’approche discrètement, son corps de félin entièrement tendu et silencieux, attendant le moment et l’angle propice pour bondir et faire couler le sang.

C’est alors qu’un terrible « KI-KIWIII » retentit dans son dos, et qu’avant même d’avoir pu se retourner un kikiwi passe en vrombissant à quelques centimètres au dessus de sa tête. Le chat, vexé, tente de l’attraper mais est bien vite remis à sa place par un troisième kikiwi, sorti d’on ne sait où et qui lui aussi le frôle en hurlant.

Le plus beau, dans cette technique, c’est qu’elle est reproductible jour après jour sans danger du fait qu’elle soit entièrement fondée sur l’incapacité du chat à se voir lui même comme une proie, et donc à faire évoluer sa manière d’aborder le kikiwi.

 

Chat: 0, Kikiwi: on ne compte plus depuis longtemps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *