16 Déc

Marais de Kaw – canoë –

Rien, pas même l’entrée délicate de nos pagaies dans l’eau ne semble pouvoir troubler le miroir qu’est la rivière ce soir. Notre canoë fend le ciel qui se reflète dans l’eau sans faire la moindre ride sur sa surface de nuages jaunissants tandis que le soleil descend doucement vers la pénombre. Le ciel encore lumineux contraste doucement avec les marais qui s’obscurcissent et commencent à changer aussi bien dans leurs couleurs que dans leur ambiance. Au loin les animaux diurnes commencent à se taire pour faire place à la faune de la nuit qui s’éveille lentement. Un proverbe dit que près de l’équateur le crépuscule n’existe pas, que la nuit fond sur le jour et le dévore d’un coup. Depuis notre canoë il semble pourtant que le jours glisse lentement vers la nuit, bombardant littéralement la savane alentour de ses derniers rayons.

Crépuscule sur Kaw 2

 

Ces derniers rayons quittent rapidement le sol et nous laissent dans l’ombre, étrangement surplombés d’un ciel encore bleu et clair. Les derniers papillons diurnes croisent les premières chauve souris dans un tourbillon silencieux tandis qu’un colibri bleu et violet met à profit ses dernières minutes de jour pour collecter un maximum de nectar avant la nuit. Les cassiques cul jaune se préparent également pour la nuit et se regroupent autour de leurs nids qui tanguent paresseusement dans la petite brise du soir, tandis que des escadrons d’oiseaux se découpent en contre jour dans le ciel. Ce sont peut être les fameux ibis rouge qui s’envolent en groupe le soir venu depuis l’embouchure de la rivière de kaw…

Nous prenons tranquillement le chemin du retour tandis que les premières étoiles apparaissent, éclatantes, dans la nuit que le soleil laisse derrière lui en se détournant des marais.

Marine en canoë

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *