14 Juin

En bateau!

Rien de tel quand on se brosse les dents que de le faire en regardant les reflets de la lune sur l’amazone infini! A l’arrière de bateau, le fleuve semble être un vaste océan brillant sous la lune et dont on ne discerne pas vraiment les côtes. Notre premier bateau à des allures de bateau à vapeur du Mississippi, sans roues à aubes. Nos hamacs sont installés les uns à côté des autres, tranquillement ballotés par le tangage du bateau.

anna beatriz VOn nous avait promis l’enfer, des bateaux surchargés avec des hamacs les uns par dessus les autres, la musique à fond et la folie tout du long, et c’est en fait un bateau peu peuplé et bien tranquille qui nous emmène jusqu’à Manaus. L’ambiance y est familiale, les Brésiliens des gens vraiment adorables. C’est la première fois depuis le début un peu fouilli de notre voyage que nous avons l’occasion et le temps de vraiment discuter avec les gens d’ici, qui s’avèrent extrêmement accueillants et amicaux. Bon la barrière de la langue est très forte, puisqu’il nous faut approximativement trois quarts d’heure de lutte pour comprendre et faire comprendre des idées simples, mais ça avance. Le seul problème avec les brésiliens, c’est qu’ils semblent croire, lorsqu’on ne comprend pas quelque chose, que ce n’est pas du tout du fait de lacunes linguistiques mais plutôt de lacunes intellectuelles : Quand on ne comprend pas, ils s’empressent de le rééxpliquer beaucoup plus vite, et avec beaucoup plus de gestes, si bien qu’on est vite perdus…

***

anna beatriz V-14L’amazone gigantesque s’étend d’un horizon à l’autre. on est au large de la berge nord et ne discernons même pas la berge sud… De nombreuses îles sont disposées le long du cours d’eau, et certaines même se baladent dessus (je dis bien se baladent : de nombreuses plantes vivent ici en flottant à la surface, formant de petites îles d’herbes vertes que l’on croise régulièrement!). Nous sommes également surpris de constater combien l’amazone est peuplée. Régulièrement on croise de petites maisons, de petits villages sur pilotis au bord de l’eau. Au bord n’est pas un terme très exacte. Il conviendrait mieux de dire dans l’eau, plutôt qu’au bord. En effet nous entrons en hiver, ici dans l’hémisphère sud, époque à laquelle l’amazone est à son plus haut niveau. L’eau rentre carrément dans les maisons, et nombre d’écoles et d’église que nous croisons ont bien trente centimètres d’eau à l’intérieur.

***

Une journée sur le bateau se résume plus ou moins a trois grandes étapes :

– les repas, servis très tôt. Le matin il faut se lever avant 7 heures pour avoir à manger, du sucre avec un peu de café et un peu de lait. Les repas commencent à être servis dès 10h30 et les diners dès 18h voir 17h30. Les repas sont un symbole de déséquilibre avec près de cinq féculents à chaque repas (riz, pâtes, patates, maïs, semoule de manioc), deux viandes souvent et pas un légume. Le repas, souvent près des machines, n’est pas du tout propice aux discussions, ici les gens engouffrent leurs assiettes en un rien de temps avant de disparaitre. Au final, l’échange maximal qui nous ait été donné d’avoir pendant un repas fut l’équivalent de «passe moi l’sel».

anna beatriz V-11– les temps entre les repas, que l’on passe le plus souvent dans nos hamacs, à lire, écrire, regarder le paysage. On aura mis ce temps à contribution pour nous remettre à l’espagnol, pour discuter avec les gens, admirer les animaux sur les berges, comme le singe hurleur, le ara, le toucan, le martin pêcheur… Régulièrement un port vient apporter une distraction, avec son lot de vendeurs à la sauvette, le déchargement à la main du bateau et l’arrivée de nouveau occupants. Parfois même des petits bateaux nous accostent en plein milieux de l’amazone pour nous livrer un passager!

– Enfin la troisième étape de la journée est la nuit, où l’on dort comme des bienheureux dans nos hamacs bercés par l’amazone!

Au final il nous faudra trois bateaux sur douze jours pour rejoindre Tabatinga, à la frontière péruvienne! Expérience fantastique mais tout de même un peu longue.

anna beatriz V

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *