14 Juin

Manaus

Après moultes embrouilles, et notamment le transfert de bateaux à Santarèm où nous avons attendus 4 heures sur un petit bateau, nous arrivons à Manaus vers 4-5 heures du matin. Assez peu ravis à l’idée d’aller nous balader avec toutes nos affaires dans une ville inconnue à cette heure de la journée, nous attendons sur le bateau que le soleil se lève et que la ville se réveille. Nous prenons la route de l’auberge dans une Manaus déjà en ébullition, qui se révèle être une ville assez commune, avec un beau centre historique bordé de grands boulevards et de grands bâtiments. Nous arrivons à notre auberge, un havre de backpackers, où nous sommes très bien reçu.

dauphins roses-2Nous nous mettons en quête des dauphins roses de Manaus et du bateau pour repartir vers la frontière. Les dauphins roses sont accessible par un tour qui coûte cher et qui part pratiquement tout de suite, mais comme le bateau rapide que l’on comptait prendre est plein et que nous devons prendre le lent deux fois moins cher nous décidons de nous faire le plaisir de nager avec les dauphins! Hélas le tour n’est pas aussi idyllique qu’il n’y parait. Nos yeux insouciants semblent nous rendre sourds lorsqu’on regarde les photos de dauphins, et qu’elle ne fut pas notre surprise de nous retrouver embarqués à faire du voyeurisme dans une communauté amérindienne où une bande d’indigène en slip nous font une danse sans y croire un sou tandis qu’un papy tape son tambour d’un rythme irrégulier. Les dauphins roses seront quant à eux un vrai bon moment, bien qu’un temps d’adaptation soit Marine et le paresseuxnécessaire pour s’accommoder des 500 kg de touristes sous la forme des deux couples à nos côtés. Les dauphins jaillissent à côté de nous pour attraper le poisson que leur tend le maître des lieux, nous bousculent même parfois pour passer. Ils sont très doux et ont un ventre vraiment rose. Mais la baignade est de courte durée, il faut déjà partir vers la suite du tour, à savoir une courte balade en pirogue sur la rivière boisée (rien que l’on n’ai déjà fait en mieux et moins cher en Guyane), le resto, puis l’autre bon point du tour: la maison flottante d’une famille qui à recueillie un paresseux et un boa que l’on peut prendre dans nos bras. La balade se termine à l’embouchure du rio negro et de l’amazone, où l’on voit la différence de couleur et de température des deux eaux qui se rejoignent: l’une noire et chaude, l’autre marron et froide. Ce phénomène est du à la différence donc de température, de densité, de profondeur et de vitesse des eaux ayant traversées des sols différents. Au final donc un sentiment mitigé pour tout le monde, celui d’avoir vu de belles choses tristement prémachées, sans rien avoir décidé ni dirigé. Nous avons gouté aux tours touristiques, les fast foods du voyage…

Nous reverrons nos chers dauphins roses tout du long de notre traversée, depuis notre bateau pour tabatinga, le Nova Era!

san marino II-5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *