17 Août

Latacunga

Latacunga - villeAprès une courte nuit dans le bus, nous arrivons à Quito, où nous sautons dans le premier bus pour Latacunga. Le bus nous dépose à plusieurs rues du centre, et nous découvrons une ville plutôt sympathique : le centre est agréable, même si c’est une ville très moderne, et donc pas très belle. Elle est coupée par une rivière de montagne bordée de grands pins. Entre les bâtiments de béton sur sa rive, des femmes y font leur lessive. Nous trouvons rapidement un hôtel pour un bon prix, et avec une baie vitrée donnant sur la place principale, avec son église, ses rues pavées et sa statue. C’est une grande chambre avec six lits, dont un est occupé par Fabien, tout juste rentré du Cotopaxi qu’il a fait la nuit même. C’est une vraie mine de renseignements, et grâce à lui nous nous faisons un plan de route précis de ces prochains jours : Pour l’acclimatation, nous allons faire la lagune de Quilotoa, puis irons passer deux nuits au refuge de Los Ilinizas à 4750 mètres d’altitude. Retour ensuite à Latacunga, une journée de repos et c’est parti pour le Cotopaxi!

***

Quilotoa - lagune

Quilotoa - femme et lamaEn route donc pour la lagune de Quilotoa avec Alison. Le petit bus nous monte au travers de plaines d’altitudes magnifiques, zébrées de fissures pareilles à de petits canyons comme creusés par l’eau. Chaque parcelle de terre que nous voyons est cultivée, quelque soit le degré de la pente! Nous arrivons finalement au village de Quilotoa, au bord de la lagune. Enfin pas tout à fait : la lagune est à une altitude de 3700 mètres, grosso modo, et le «bord» où nous sommes est à près de 4000! La lagune, largement en contrebas, a une couleur verte qui scintille sous le soleil. Le contour de la lagune est composé de falaises ou de pentes abruptes où poussent des petits pins. Nous entamons la boucle, qui suit la crête pour faire le tour de la lagune. Le chemin est très beau, forcément, vu le cadre, mais ce qui est étonnant c’est que cette montagne semble être faite de sable… Il y en a partout!  Des chemins aussi, il y en a partout. La plupart du temps ils se rejoignent rapidement, faisant juste le tour d’un pic ou bien au contraire y montant. Je dis la plupart du temps, car des fois non. Ainsi, pensant juste Quilotoa - paysage-13contourner un petit sommet, nous prenons un chemin qui va nous faire descendre à mi chemin de la lagune, sans doute sur un chemin de pâturage. Le chemin est très sympa, avec des marches taillées dans la roche à certains endroits, mais ce que l’on a descendu, il va falloir le remonter pour rejoindre le vrai sentier! Devant toutes les possibilités s’offrant à nous (il y a des chemins partout, rappelons le), nous jouons la sureté et prenons celui qui monte à pic. Nous nous retrouvons dans un goulet de roche qui grimpe à la parois, très raide, surtout à près de 4000 mètres d’altitude! Au bout de cette montée dans la roche se trouve… Une grande dune à grimper pour arriver sur le chemin! Il est vraiment étrange de penser qu’il existe des montagne de 4000 mètres faites en sable… Au final le tour de la lagune nous aura pris 5 heures. Nous retournons à Latacunga, avec une étape à l’arrière d’un pick up qui fonce dans la plaine tandis que le soir teinte les montagnes de jaune et d’ocre. Encore une belle journée qui touche à sa fin.

Quilotoa - fleurs-6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *