15 Oct

Trujillo, le Huaca de la luna et Chan Chan

Trujillo - rues-15

Nous arrivons à Trujillo dans la journée et découvrons une ville charmante. Nous sommes toujours dans le désert de la côte, mais la ville à une architecture coloniale très agréable. Les bâtiments sont tous peints impeccablement en bleu marine, ocre, rouge, blanc, et l’ensemble a un rendu très chaleureux et accueillant. La ville dispose d’une rue piétonne très belle et bourrée de pâtisseries… Mais si nous sommes ici, c’est surtout pour voir deux des sites principaux de la région : le Huaca de la luna, qui est un des plus grands centre cérémoniel Mochicas, et Chan Chan, plus grande cité d’adobe d’amérique du sud et l’oeuvre du peuple Chimu, juste postérieur aux Mochicas.

Trujillo - rues-11

Trujillo - musée-9Nous prenons un combi direction le Huaca de la luna, où nous découvrons un musée formidable juste à côté du temple. Pour une fois le musée développe vraiment la vie culturelle de cette civilisation. Un des évènement religieux les plus important était le combat rituel : deux des meilleurs combattant s’affrontaient jusqu’à ce qu’un des deux abandonne. Il était Trujillo - Ai-Apaecalors dénudé, ligoté, et montré lors d’une procession. S’ensuivait alors une période de purification durant laquelle on lui donnait des drogues hallucinogènes jusqu’au don de son corps aux dieux. c’est une manière sympa de le dire, étant donné qu’il était décapité, écorché puis donné en pâture aux oiseaux… Pas très charmant, mais c’est grâce à cela que les Mochicas s’assuraient de bonnes récoltes et repoussaient les tourments d’El Nino…

huaca de la luna - Ai-Apaec

huaca de la luna - Ai-Apaec-7Sur le site se trouvent deux temples : le Huaca de la luna, et le Huaca del sol. Le huaca de la luna était le siège des religieux, pendant longtemps les dirigeants des Mochicas. On y célébrait tous les évènements importants, comme la chasse, les combats rituels, les sacrifices d’animaux… Il présente cinq étages, qui correspondent à cinq époques définies, puisque chaque huaca de la luna - sculptures exterieuresétage est en fait le tombeau du dirigeant. Par dessus le tombeau donc, l’étage suivant est construit, plus haut et plus large. Au travers de ces différents étages se retrouvent les étapes du développement des Mochicas : le début, aux deux premiers étages, l’apogée ensuite, avec les murs antisismiques sculptés et peints, puis le déclin, avec des murs simplement peints et plus aucune trace d’architecture antisismique. De l’extérieur, les cinq étages peints sont impressionnant, et à côté se trouve une stelle sculptée représentant avec beaucoup de détails les légendes Mochicas. Les peintures présentent souvent un serpent à deux têtes, c’est en fait le porteur de la voie lactée et l’être qui voyage entre les mondes!

huaca de la luna - stelle mythologique

Malgré tout ce que nous avions lu et vu sur ce temple, nous ne nous attendions pas à tout ça! Le site est vraiment magnifique. Le seul hic, comme souvent, étant notre guide, extrêmement désagréable…

huaca de la luna - huaca del sol-2

En face se trouve donc le Huaca del sol, qui était lui utilisé par l’administration et les artisans Mochicas. On ne peut pas y accéder pour le moment, aussi ne le verrons nous que de loin. Entre les deux se trouvaient la ville où vivait le peuple. Le déclin de cette civilisation serait, par l’hypothèse la plus admise actuellement, un El Nino particulièrement dur et long, qui aurait désacralisé l’institution religieuse impotente et aurait permis l’essor des Chimus.

ChanChan - ville

ChanChan - couloir-2Chimus que nous allons voir l’après midi sur le site de Chan chan, après un court trajet en bus. Le peuple de la lune, comme ils s’appelaient, a donc construit cette capitale de 14 kilomètres carrés. Avec nos gros sacs, nous marchons sur la route au milieu du désert entre les murs de la fameuse ville, pendant 4 kilomètres. Nous passons près de gigantesques murailles d’adobe, à la même couleur que les dunes alentour. Tout autour de nous se dressent des murs d’enceinte, plus ou moins bien conservés. Il est incroyable de penser que ces murailles de terre ont plus de 1000 ans! Les Chimus, selon la légende, viendraient de quatre étoiles : les hommes et les femmes de la noblesse des deux plus grandes, et les ChanChan - centre administratif-12petites gens des deux plus petites. Ils arrivent après les Mochicas, vers 800 après J.C, et ils ont une manière de faire fondamentalement différente : ils s’etendent horizontalement et non pas verticalement comme les mochicas. Les bâtiments que nous voyons sont en fait des palais, qui chaque fois qu’un dirigeant mourrait devenait son tombeau. Devenu territoire des morts, plus personne ne peut y venir en dehors des prêtres une fois par an, pour sortir la momie de son tombeau et l’emmener en procession dans la cité. Un nouveau palais était construit pour le dirigeant suivant. Il y a neuf palais sur le site, et Chan Chan est le huitième.

ChanChan - patio cérémoniel noblesse

ChanChan - poissons-2Le palais est gigantesque et dispose de nombreuses utilités. On y trouve plusieurs patios cérémoniels, pour différentes utilisations : le premier, le plus grand, est à destination du petit peuple qui venait faire son offrande lors des cérémonies. Un autre, plus petit, est à destination de la noblesse, qui venait aussi donner ses offrandes. Dans tous les cas, les « spectateurs » entrent par le nord tandis que le prêtre entre par le sud pour diriger la cérémonie. Les murs sont tous sculptés, souvent avec des lignes représentants l’eau et des écureuils représentants la terre. Le dessus du mur, nu, représenterait l’air. Il y a parfois aussi des poissons sculptés, et des losanges représentants les filets de ChanChan - centre administratif-2pêcheurs. Derrière chaque patio (au sud donc) se trouve une salle destinée à l’habillage du prêtre : la « sala del alta reillo ». On trouve également dans le palais toute une partie réservée à l’administration, sous forme de salles en U. En bas de chaque mur sont sculpté des pélicans, et il est intéressant de noter que dans une salle, et une seule, le pélican est ChanChan - pélicans-4comme pixélisé : les archéologues pensent que ce devait être une salle dédiée au textile, sur lesquels les pélicans ont le même dessin. On remarque aussi la Chacana Chimu, la croix andine, particulière ici puisque le trou central est carré au lieu d’être rond. Chaque palais à également plusieurs puits, ou bassins, où l’eau est sacrée. C’est également de là que vient l’adobe des constructions! Enfin, on visite les entrepôts où étaient stockés les offrandes, dans des construction bien aérées pour éviter la putréfaction des aliments, et surélevés pour éviter la poussière. La visite se termine, ce qui nous attriste profondément car pour une fois, nous avons une sacrée guide! Mais le temps presse, nous avons les 4 kilomètres à faire en sens inverse dans le désert jusqu’à l’axe principal pour nous rendre à Huanchaco, en bord de mer.

ChanChan - centre administratif-10

 

Pour plus de photos, il suffit de cliquer pour agrandir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *